Jeux dangereux : l'école se mobilise sous l'impulsion de l'association SOS Benjamin

Publié le par Natbru

Mardi 1er septembre, veille de la rentrée, un enfant de 10 ans a été retrouvé par sa mère pendu dans sa chambre dans les Yvelines.

Ce triste fait divers me donne l'occasion de rappeler que près de 1 million d'enfants de 7 à 17 ans ont déjà participé à des jeux dangereux, le plus souvent à l'école (source : enquête TNS Sofres 2007), soit 12 % des enfants de cette tranche d'âge.

Deux types de jeux sont classés dans les jeux dangereux : les jeux de strangulation et les jeux d'attaque. Les plus connus et les plus pratiqués sont le" jeu du foulard", le" jeu du pendu" et "action, chiche ou vérité"

Si la majorité des parents connaissent ces jeux, ils ne sont pas conscients de la précocité des enfants dans leur pratique. Et pourtant, les enfants commencent à s'adonner à ces jeux dangereux dès la maternelle.

1 parent sur 3 pense que son enfant est capable de se mettre en situation de risque, principalement pour faire comme les copains. Et les chiffres n'ont rien de rassurant : les enfants connaîtraient en moyenne plus de 2 jeux dangereux, et 13 % d'entre eux ne les considèraient pas comme dangereux !

Plus inquiétant encore, 26 % des enfants (soit plus de 2 millions des 7-17 ans) se sont déjà vu proposer un jeu dangereux, et 12 % ont accepté d'y participer.

Que fait donc l'école pour sensibiliser ses élèves au danger de ces pratiques ? Pas grand chose jusqu'ici. Un document diffusé auprès des recteurs d'académie en 2006 n'a eu que peu de retombées sur le terrain. Je n'ai pour ma part, en tant que parent, jamais été alertée sur le sujet.

Sous l'impulsion de l'association SOS Benjamin, fondée en 1998 par une maman dont le fils a été la malheureuse victime du "jeu du pendu", les choses devraient enfin bouger dès la rentrée 2009. Pour la première fois une circulaire stipule que le phénomène des jeux dangereux doit faire l'objet d'une vigilance particulière au sein des établissements, et prévoit des actions de prévention et de sensibilisation auprès des parents et du personnel éducatif.

Depuis 10 ans, l'association SOS Benjamin a pour objectif de développer par tous les moyens la lutte contre les jeux dangereux. Elle mène des actions de sensibilisation auprès des jeunes, mais aussi des parents et du personnel éducatif pour qu'ils prennent conscience de l'ampleur du phénomène.

L'association intervient notamment dans les établissements scolaires. Elle a réalisé un kit pédagogique de prévention intitulé "Il existe des jeux inoffensifs... et d'autres pas"  sous la signature de l'Observatoire Nationale d'Etude des Conduites à Risques, et lancé un site Internet d'information, www.jeuxdangereux.fr.

Le kit a été édité à 1 000 exemplaires pour la rentrée 2008, mais l'association manque de soutiens financiers pour pouvoir déployer davantage sa diffusion.

En tant qu'enseignant, n'hésitez pas à solliciter l'association pour une intervention auprès de vos élèves.
Si vous souhaitez aider SOS Benjapin ou la sponsoriser pour lui donner les moyens de sensibiliser un public plus large, rendez-vous sur le site.

Et par dessus tout, par le dialogue et la communication avec nos enfants, essayons que cette nouvelle année scolaire ne se transforme pas en drame stupide.

Association SOS Benjamin
BP - 133
89101 Sens Cedex
www.jeuxdangereux.fr

Publié dans Education

Commenter cet article