Le baby-sitting bilingue devient tendance !

Publié le par Natbru

Vous voulez faire de votre enfant un futur polyglotte, mais vous êtes bien Français, et votre moitié aussi... No worry, vous pouvez encore compter sur la baby-sitter !

Le baby-sitting bilingue est tout à fait tendance ! Exit l'étudiante qui vous rassure par sa présence mais passe plus de temps avec ses copines au téléphone ou sur MSN qu'à occuper vos bambins.

Des sociétés comme Baby-Speaking ou Culture Advance proposent des services de garde d'enfants exclusivement en langue étrangère. Mais ça n'est pas tout, les baby-sitters proposent en plus de la garde classique des ateliers linguistiques ludiques pour faciliter l'apprentissage.

Baby-Speaking initie les enfants à une autre langue à travers des jeux et des activités tandis que Culture Advance propose des activités artistiques, culturelles et éducatives. L'éveil aux langues par la culture et le jeu : merveilleux programme !

Baby-Speaking propose ses services pour les enfants à partir de 3 ans, sur Paris et petite couronne pour l'instant, et bientôt dans d'autres villes de France.
Les baby-sitters sont formées selon une méthode d'apprentissage mise en place avec des partenaires pédagogiques. 
La société fournit des baby-sitters parlant anglais, espagnol, italien, portugais, chinois, russe ou toute autre langue sur demande.

Culture Advance, fondée par des enseignants, est agrée par l'Etat. Elle propose ses services sur l'Ile-de-France exclusivement. Ses baby-sitters sont majoritairement des étudiants parlant anglais, espagnol, portugais, arabe ou autre selon la demande.

Et puis, si vous ne cherchez pas absolument à faire de votre enfant un petit génie des langues, je vous rappelle le Baby Sitting Dating (voir Baby Sitting Dating ou comment trouver une baby-sitter en un temps record !  ) qui aura lieu à Paris du 15 au 17 septembre. Vous pourrez très certainement y rencontrer des étudiants étrangers qui feront votre affaire.


www.baby-speaking.fr
www.cultureadvance.fr

Publié dans Vie pratique

Commenter cet article